“Le système néocolonial a toujours combattu les dirigeants africains nationalistes: Lumumba, Um Nyobè, Moumié , Amílcar Cabral, Thomas Sankara, Omar Blondin Diop, Mamadou Dia …“, rappelle le délégué général adjoint du Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (Frapp).

D’après Alioune Badara Mboup, presque tous, avant de les faire disparaître, le système néocolonial a tenté de les museler, en les soumettant à des tracasseries judiciaires, en les diabolisant ou en les lynchant médiatiquement, grâce à la connivence entre milieux politiques et journalistiques.

Appareil politique de Sonko…

Alioune Badara Mboup, le leader de Pastef, Ousmane Sonko n’est élu député que grâce au «plus fort reste», avec un taux de 1,15% aux législatives de 2017 qui est passé à 15,67% à l’occasion du scrutin présidentiel dernier. Et soit un bond de 36000 voix à 687 523 voix ! “Ce qui a surpris le système en place qui a décrypté le message de souveraineté envoyé par les urnes. Mais également la capacité de l’appareil politique de Ousmane Sonko à mobiliser des fonds pour faire une tournée et aller à la rencontre des sénégalais fait peur au plus haut niveau“, déclare-t-il.

Voir Aussi  l’incroyable l’intox : Ousmane Sonko n’a pas été menotté

Sonko, l’homme à abattre par le Système…

Pour lui, le système est plus que renseigné de la montée en puissance de la fusée politique et de son capital sympathie qui augmente de jour en jour avec de nombreuses adhésions. Et son discours de renégociation des contrats léonins des ressources naturelles, fait de Sonko l’homme à abattre par le Système néocolonial.

Voir Aussi  URGENT: Le doyen des juges convoque Ousmane Sonko, il sera conduit au tribunal aujourd’hui à 17H

Un deuxième Sankara ou Mamadou Dia…

“Préparons nous au pire et tâchons de protéger Ousmane Sonko contre ce système. Nous devons tous le soutenir contre ce système car notre lien avec Sonko est le patriotisme qui transcende les clivages politiques et religieux, qui transcende les clivages générationnels. Nous ne devons pas accepter un deuxième Sankara ou Mamadou Dia“, ajoute M. Mboup.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.