Maïmouna Sow a perdu son enfant dans l’incendie mortelle survenu au service de néonatalogie de l’hôpital Maguette Lô de Linguère.

Mariée depuis près de 8 ans, rapporte L’Observateur, elle confie qu’elle a fait trois avortements avant d’accoucher d’une fille prématurée (le bébé fait partie des vicitmes) vendredi dernier.

« Je fondais beaucoup d’espoir sur ma fille aînée. Je quittais, tous les jours, Barkédji pour venir à Linguère allaiter mon enfant. Le jour du drame, accompagnée par ma tante Boyo Sow, nous fûmes informés, à la porte de l’hôpital, que la salle des bébés prématurés avait pris feu », raconte-t-elle.

Voir Aussi  Flagrant délit : Le journaliste Pape Ndiaye jugé lundi pour escroquerie

Maïmouna Sow de poursuivre : « La minute d’après, je me suis affalée, criant sans discontinuer. J’étais inconsolable. Je crains pour ma santé, car j’ai accouché par césarienne ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.