Ndingler/SEDIMA

Le nom de Babacar Ngom est traîné dans la boue dans l’affaire qui oppos sa société SEDIMA aux populations du village de Ndingler. Pendant ce temps, le club des investisseurs sénégalais (CIS) qu’il dirige a choisi de garder son silence.

Dans l’affaire des terres de Ndingler, la posture des membres du club des investisseurs sénégalais, a intrigué beaucoup d’observateurs de la scène économique et politique sénégalaise.

Dans cette affaire, l’un des membres fondateurs et président du CIS est en conflit avec les habitants de Ndingler. Ces derniers l’accusent d’avoir mis la main sur 225 ha. Terres sur lesquelles ils cultivent chaque année.

Voir Aussi  Les nominations en conseil des ministres de ce 21 octobre 2020

Alors que Babacar Ngom est engagé dans un combat dans lequel il est mis en minorité par l’opinion publique qui réclame la restitution des terres aux paysans. Ce qui a conduit à une solution provisoire qui consiste à rendre les terres à Ndingler en attendant une solution définitive.

Dans ce combat, le fondateur de la SEDIMA est resté seul à batailler contre tous. Et le CIS est resté aphone. Ni la structure qui regroupe des hommes d’affaires sénégalais ni ses membres ne se sont prononcés sur l’affaire ou même apporté leur soutien.

Voir Aussi  Conseil des ministres :Les Fortes décisions de Macky sall

Pourtant dans l’affaire Akilee dont un des fondateurs est membre du CIS, Babacar Ngom avait pris position et donné son avis. Une prise de position qui avait créé des perturbations au sein de la structure, mais il avait assumé.

Une situation qui pousse à poser la question de savoir « la CIS n’a-t-il pas abandonné Babacar Ngom à lui même? ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.