Les «Sonko Boys» sont très présents sur les réseaux sociaux. Pour annihiler toute velléité de projet de trouble à l’ordre public, une « cyber-patrouille » de police est mise en branle sur Internet.

Et la Division spéciale de Cybersécurité (DSC) est mise à profit pour traquer les pro-Sonko.

D’après L’Observateur, la police procède à des patrouilles cybernétiques pour traquer sur la toile de potentiels suspects qui planifieraient tout projet d’appel à l’insurrection.

Voir Aussi  Appel des Layènes : L’événement maintenu, un nouveau format en vue (Fils du Khalife général)

En effet, renseigne le journal, tout post, message, commentaire, publication (écrite, audio, vidéo), suspect, est passé au peigne fin.

La traque est accentuée pour identifier, localiser par des moyens de géolocalisation de pointe, le ou les auteurs ciblés.

Une fois toutes les données de nature à motiver l’interpellation d’une personne ou d’un groupe d’individus réunies, ces renseignements sont transmis à une unité spéciale de la police, à l’instar de la DIC, de la Sûreté urbaine (SU), aux fins de continuations d’enquête et d’interpellation.

Voir Aussi  Photos – L’actrice Ngonish Caramel de la série Moeurs fait sensation avec de nouveaux clichés

Une méthode qui a fait ses effets avec l’interpellation de plusieurs cadres de Pastef à divers endroits. Cette forme d’enquête n’a rien à voir avec les écoutes téléphoniques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.