La session consacrée à la mise en œuvre de l’Agenda 2030, a été l’opportunité d’offrir une perspective africaine et sénégalaise sur la mise en œuvre des Objectifs de Développement durable (ODD).

Cette thématique est pertinente à plus d’un titre en ce qu’elle favorise le partage d’expériences et de bonnes pratiques, à la lumière énormes défis, notamment financiers, qui restent à relever pour att

Nul besoin de revenir sur les lenteurs dans la mise en œuvre des ODD, principalement en raison de la non-application du Plan d’action d’Addis-Abeba.

Dans sa communication, le Ministre des Affaires étrangers a parlé de l’insuffisance des recettes publiques, de la faiblesse des investissements privés ainsi que les incertitudes liées à l’aide publique au développement, qui sont autant des facteurs compromettant la mobilisation des 5.000 à 7.000 milliards de dollars US, par an, nécessaires au financement du développement.

Pourtant, selon le Maese l’Afrique œuvre pour assurer une parfaite articulation entre les ODD et l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

En outre, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) constitue une réelle opportunité, pour laquelle l’Afrique aura besoin d’un accompagnement de qualité des Partenaires du G20.

La disponibilité de statistiques fiables pour procéder à une bonne évaluation des ODD est un autre impératif non moins important de ce processus.

Il a rappelé qu’au niveau national, le Gouvernement du Sénégal s’est engagé, à travers une approche participative et inclusive dans la mise en œuvre des ODD, en lançant, en janvier 2016, le processus de leur intégration et de leur alignement au Plan Sénégal Emergent (PSE), suivant des mécanismes institutionnels inclusifs.

Sur le plan opérationnel, le President de la République son S.E.M Macky SALL a mis en place plusieurs politiques sectorielles, programmes et projets, dans le but de rendre effective la mise en œuvre des ODD au niveau local. Il a cité en autres dans son discours le Programme d’Urgence de Développement Communautaire, avec le soutien du PNUD ;le Programme de Modernisation des Villes (PROMOVILLES) ; le Programme d’Urgence de Modernisation des Axes et Territoires Frontaliers ; Le Programme National de Bourses de Sécurité Familiale au profit de 400 000 familles démunies ; la Couverture Maladie Universelle.

Il rappellera que ces initiatives sont complétées par d’autres comme la Carte d’égalité des chances pour les personnes en situation de handicap et la Stratégie nationale de Sécurité alimentaire. Par ailleurs, le Président Macky SALL a mis sur pied la Délégation à l’Entreprenariat Rapide (DER), dans le but d’accompagner plus de 50.000 entrepreneurs, de créer 100.000 emplois directs et de générer 200.000 emplois indirects par an dira t-il.

Tous ces programmes, qui recouvrent près de 2/3 des priorités de l’Agenda 2030. Ces actions ont valu au Sénégal un taux de croissance de l’ordre de 6 à 7 pour cent entre 2014 et 2018. Ainsi, aux termes du Rapport 2018 Doing Business de la Banque mondiale, l’environnement des affaires au Sénégal figure parmi les plus attractifs d’Afrique sub-saharienne.

Dans son discours il a par ailleurs inviter les  partenaires du G20 à poursuivre l’accompagnement de l’Afrique dans la mise en œuvre de ses politiques de développement mais aussi notre pays dans le cadre de la 2ème phase du PSE (PAP 2019-2023) qui devrait porter le taux de croissance à 9,1%.

En définitive, le PSE a pour objectif de renforcer le capital humain, la protection sociale et le développement durable, tout en améliorant la Gouvernance, la paix et la sécurité dans notre pays dira-t-il pour clore ses propos.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.