La polémique ne faiblit pas dans cette polémique entre le ministre Mansour Faye et l’opposant le plus virulent du régime, Ousmane Sonko. Piques et répliques s’enchaînent, laissant parfois les populations hébétées par une polémique puérile et inutile.

De quoi s’agit-il ? Le beau-frère du chef de l’Etat déclare avoir reçu en audience en 2014, l’inspecteur des Impôts et Domaines radié de la fonction, Ousmane Sonko venu solliciter son intervention auprès du chef de l’Etat, sur une affaire dont il ne révélera pas les contours maintenant. Faux !, rétorque le patron de Pastef, qui lui demande des preuves. Mansour Faye ameute la presse et donne quelques détails dont la présence d’un haut magistrat et évoque un élément audio confirmant l’entrevue.

Curieux, «L’As» a tenté d’en savoir un peu plus sur cet épisode qui prend les allures d’une pièce de théâtre. De magistrat, il s’agit bien de Cheikh Issa Sall, actuel Directeur général de l’ADM, alors secrétaire général de la Délégation à la Solidarité nationale et à la Protection sociale.
Administrateur civil devenu magistrat de la Cour des Comptes, Cheikh Issa Sall s’est retrouvé à l’Ena avec Ousmane Sonko qui était dans la section Impôts et Domaines avec qui il entretient des relations privilégiées.

Alors qu’il n’était encore que syndicaliste, Sonko avait, d’après des proches de Mansour Faye, demandé à être reçu par ce dernier via son ami Cheikh Issa Sall. De dossier, Mansour Faye fait allusion au dossier Tahibou Ndiaye, du nom de l’ancien directeur du Cadastre poursuivi dans le cadre de la traque des biens mal acquis et condamné par la Crei.

D’après des sources de « L’As », Ousmane Sonko dont il était un poulain, cherchait ainsi à lui éviter la prison à l’époque. C’est donc, d’après eux, à ce titre que Sonko voulait être reçu par le chef de l’Etat. Pourtant, malgré le fait que le leader de Pastef ait donné le feu vert pour la diffusion de l’élément audio évoqué par Mansour Faye, ce dernier ne le divulguera pas, arguant Facebook. « Il attend que Sonko fasse un communiqué et lui demande de le divulguer. Sur Facebook, il peut toujours nier», confie un de ses proches. Enfantillage, quand tu nous tiens !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.