Le placement en garde à vue de Cheikh Yérim Seck continue de faire parler.

Convoqué, hier, lundi à la brigade de recherches, le célèbre journaliste, ancien de Jeune Afrique, a été placé en garde à vue avant d’être déféré ce matin au parquet.

Reporters sans frontières a, dans un tweet, apporté son soutien au journaliste. « Le journaliste Cheikh Yérim Seck, poursuivi pour diffusion de fausses nouvelles et diffamation, placé en garde à vue à Dakar. RSF rappelle que les délits de presse présumés ne devraient pas faire l’usage de mesures privatives de liberté », a indique l’ONG sur son compte Twitter.

Cheikh Yérim Seck a été convoqué après des déclarations faite sur la 7TV autour d’un montant saisie par la gendarmerie lors d’une enquête chez les Farès après une perquisition faite dans le cadre de l’affaire Batiplus.RSF en français @RSF_fr  

#Senegal : le journaliste Cheikh Yérim Seck, poursuivi pour diffusion de fausses nouvelles et diffamation, placé en garde à vue à #Dakar. @RSF_inter rappelle que les délits de presse présumés ne devraient pas faire l’usage de mesures privatives de liberté.

Voir l'image sur Twitter

35Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité 22 personnes parlent à ce sujet   

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.