« Au banquet de vendeurs d’illusions, un peuple mature et illuminé ne répondra jamais présent »Quand le souverain est assimilé à une partie de l’opinion publique et la source légitimante incarnée par le peuple devient l’égal d’une légitimation par cette partie de l’opinion publique, la situation devient dangereuse et problématique.

Actuellement, au Sénégal, tout tourne autour du gaz et du pétrole. Mais, à mon humble avis, avec l’écart de médiation nécessaire, l’essentiel est ailleurs. Mieux que de nous intéresser à des manipulations absurdes et sataniques de personnes qui ne sont habitées que par la réalisation de rêves utopiques crypto-personnels, pensons à nous préserver dans les valeurs qui nous ont été léguées par nos valeureux ancêtres.

Le droit à l’information est un droit constitutionnellement garanti. Cependant, si le peuple sénégalais a le droit d’être informé, il doit l’être justement. Une information connotée, partisane et orientée ne peut que semer la discorde et toute discorde mène à la confusion des genres et toute confusion des genres donne nécessairement lieu à des confrontations. C’est le lieu de rappeler que tous les conflits présents et à venir tourneront autour du contrôle des ressources vitales indispensables à la survie des peuples.

N’oublions pas aussi que si le Sénégal est le propriétaire des ressources, il ne dispose ni des moyens techniques et financiers, encore moins technologiques pour les explorer ou les exploiter. Il est évident donc que pour profiter de ses ressources, le Sénégal aura besoin du concours de ces multinationales qui, il ne faut jamais l’oublier, ne sont là que pour faire du profit et ne partent jamais perdantes. Donc, il nous faudra, nous Peuple du Sénégal, pour profiter au maximum de nos ressources, être diligent, intelligent et pragmatique.

Je prends position et je pense ne pas me tromper en affirmant que ce reportage de la BBC est dangereux, malsain, mensonger et découle d’une volonté manifeste de nuire aux intérêts du Sénégal en semant les graines de la division et de le mettre KO. Alors, se pose la question de savoir à qui va profiter ce KO ? Sans nul doute à tous ceux qui, nationaux comme étrangers, sont derrière ce montage mensonger et dangereux pour la stabilité de notre cher Sénégal.

S’il y a une Vérité à dire au Peuple sénégalais, elle est celle qui consiste à leur faire comprendre que les ressources dont il est question, nous n’en profiterons jamais aussi facilement car elles attisent la convoitise de tous ceux dont la réalisation des besoins fondamentaux dépendront de leur contrôle. Pour preuve, n’oublions jamais que si les grandes puissances lors des négociations de Montegobay avaient accepté le principe de la souveraineté économique des Etats côtiers sur l’espace maritime adjacent à leurs côtes et allant jusqu’à 200 mille marins, ce qui, aujourd’hui, fonde la propriété du Sénégal sur ces ressources, c’est, sans nul doute, parce que pour ce qui est, en tout cas, des Etats côtiers en développement, elles savaient objectivement que cette exploitation ne se ferait ni sans eux, ni contre eux, encore moins à leur détriment.

Voir Aussi  Comité scientifique de la Covid-19 – Pr Seydi écarté : le Ministère de la santé « infecté »

Partant de cette constatation, la seule préoccupation qui devrait prévaloir pour tout citoyen sénégalais est celle de savoir comment faire en sorte que le Sénégal profite véritablement des richesses immenses découvertes aux larges de ses côtes en vue de son développement. Je pense que tel est et tel devrait être la préoccupation de chacun de nous. Je considère que tel a été l’option choisie par son Excellence le Président Macky SALL qui, depuis 2012, n’a ménagé aucun effort pour préserver les intérêts du Sénégal. Il m’est impossible de l’imaginer faire autrement. Dans cette dynamique, il est rassurant de le voir prendre l’engagement ferme de tirer les choses au clair. Alors en attendant, sachons raison gardée.

Toutefois, il est important de signaler que tirer les choses au clair afin d’éclairer la lanterne du Peuple sénégalais ne se fera jamais dans cette ambiance confuse, malsaine et partisane faite de suspicions, de complots et de calculs politiciens et où, chacun cherche tout simplement à s’adjuger un soi-disant gain politique ou régler des comptes politiques. Evitons de personnaliser le débat et j’en appelle à la responsabilité de tout un chacun.
Sur cette question, Messieurs Abdoul Mbaye et autres auront toute la latitude d’aller devant la justice et d’aider au triomphe de la vérité en donnant les éléments de preuve dont ils disent disposer.
Toutefois, n’est-il pas possible de douter objectivement de la crédibilité de Messieurs Abdoul MBAYE, Thierno Alassane SALL, Ousmane SONKO et autres. Par exemple, le premier nommé (Monsieur Abdoul MBAYE) se réfugie derrière l’idée selon laquelle il a été berné pour s’exonérer de sa responsabilité. A mon avis, c’est très léger comme argument car quoi que l’on puisse dire, étant au début et à la fin de la procédure décrétale (processus décisionnel donnant naissance aux décrets en question), comment ose-t-il servir une telle explication aux sénégalais ? De ce fait, je considère personnellement qu’il est très mal placé pour parler de cette affaire-là. A la limite, c’est même gênant de le voir être au-devant de la scène.

Concernant la probable démission ou non d’Aliou SALL, mon point de vue est que, du moment où, jusqu’à preuve du contraire, il est présumé innocent, libre à lui de le faire ou de ne pas le faire. Mais me concernant, je pense que la dimension politique conflictuelle prise par cette affaire qui est essentiellement portée par ceux qui sont appelés aujourd’hui l’opposition radicale et que moi je considère comme des comploteurs populistes (le populiste étant l’incarnation de la négation même de l’Etat) devrait le pousser à ne pas démissionner. Il ne faudrait pas sur cette affaire-là prêter le flanc politiquement. Cela est valable aussi bien pour Monsieur

Voir Aussi  Testé positif au coronavirus, Aliou Sall sort du silence

Aliou SALL mais aussi et surtout pour tous ceux qui, de près ou de loin, soutiennent les actions du Président de la République en vue d’un Sénégal émergent. Par-dessus tout, ce qui est recherché dans cette affaire, c’est de ternir l’image du Président de République et de le discréditer sur la scène nationale et internationale. Ils pensent pouvoir à travers cette affaire qui je le rappelle ne repose que sur du mensonge, affaiblir et entamer la légitimité d’en cours de son Excellence le Président Macky SALL et de se positionner en vue des joutes électorales futures. Malheureusement, ils ne leur viennent même pas à l’idée que le seul perdant dans cette histoire-là c’est le Sénégal. Ce pays dont ils disent éprouver un amour incommensurable et qui justifierait leurs agissements. Mais, n’est-il pas possible, au vu de l’évolution de cette affaire de douter raisonnablement de leur amour pour le Sénégal.
Donc, pousser Aliou SALL à la démission ou le démettre ne signifierait rien d’autre que donner à ce reportage partisan, malsain et mensonger, une once de crédibilité.

Comme disait l’autre, une élection on ne la gagne pas, on la perd, et nous, nous ne l’avons pas perdue. Mais, le plus important pour un démocrate, c’est de savoir dépasser une élection. Alors, sous la direction de son Excellence le Président Macky SALL, nous continuerons chacun en ce qui le concerne et dans son domaine d’activité à travailler davantage et encore davantage pour que notre cher Sénégal soit, non seulement au rendez-vous des nations émergentes mais y demeuré le temps nécessaire pour accéder au statut de pays développé.
Alors, j’invite toutes les sénégalaises et tous les sénégalais au réalisme et au pragmatisme, de savoir raison gardée, de ne prêter aucune oreille attentive à ces mauvais perdants et de nous préserver dans ce que nous avons de meilleur et qui constitue notre identité nationale en construction : l’entente cordiale et le culte de la paix sociale.
En définitive, le Sénégal auquel, nous rêvons tous ne se nourrira pas d’illusions ni de mensonges encore moins, de complots ou de diffamations et ne se développera pas également à travers une vision utopiste et populiste de l’Etat et de ses réalités. En à point douter, demain, il fera jour car, rien ne devrait valoir la vie d’une nation.

Dr. Cheikh Baye NIASSE
Enseignant-Chercheur
Expert académicien en D.I.H
Cadre du Mouvement RAHMA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.