Une peine de 4 années de prison en plus d’une amende de 500.000 d’euros ! C’est ce que risque le Sénégalais Lamine Diack, ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf, en anglais).

Et pour cause, le parquet national financier a fait ce réquisitoire lors de son procès pour corruption sur fond de dopage en Russie.
Auparavant, l’Iaaf avait, par le biais de son avocat, Me Régis Bergonzi, réclamé au nom de la fédération internationale d’athlétisme (l’ex-IAAF, rebaptisée WorldAthletics) un total de 41,2 millions d’euros (27 milliards de FCFA) de dommages et intérêts aux six co-prévenus (Lamine Diack, Habib Cissé, Gabriel Dollé, et les trois absents Papa Massata Diack, Valentin Balakhnichev et Alexeï Melnikov).

Voir Aussi  Magal 2020 : Convoi de bœufs et installation de tentes : Voici la réponse du Khalif à Sokhna Aida

Pour rappel, l’ancien président, de 1999 à 2015, de la fédération internationale d’athlétisme (Iaaf) et son fils, absent à son procès, sont jugés à Paris, avec quatre autres personnes, notamment pour avoir permis de retarder, à partir de fin 2011, des sanctions disciplinaires contre des athlètes russes soupçonnés de dopage, en échange de financements et pour favoriser des contrats de sponsoring et de droits télé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.