Arrêtés dimanche dernier par la sureté urbaine, les 12 agents du Centre de Contrôle Technique des Véhicules Automobiles (CCTVA) ont été libérés ce matin, par le tribunal de Grande instance de Dakar. Ils étaient poursuivis pour association de malfaiteurs et corruption active.

Dans son verdict la Cour a constaté qu’il n’y avait pas de preuves suffisante pour établir la culpabilité de ces agents, malgré la vidéo mise à sa disposition par l’épouse du secrétaire général du ministère des transports terrestres.

En effet, cette dernière avait saisi la justice pour dénoncer une grosse mafia orchestrée par des agents du service des mines autour des visites techniques. Sur les procès-verbaux de l’audience, il a été révélé que, le 10 janvier dernier, ladite dame, s’était présentée au Centre de Contrôle Technique des Véhicules Automobiles (CCTVA). Mais à sa grande surprise, elle a été approchée par un agent qui lui aurait proposé son aide pour contourner la longue file d’attente moyennant la somme de 15 000 F Cfa.

Voir Aussi  Immunité parlementaire de Sonko : Voici le résultat détaillé des votes des députés

Une proposition qu’elle aurait réfutée avant de s’en ouvrir à son mari qui se trouve être le secrétaire général du ministère des transports terrestres. C’est d’ailleurs ce dernier qui aurait contacté les policiers qui ont procédés à l’arrestation de ses agents du service des mines.

Mais ce matin, à la barre, les mis en cause ont réfuté les faits qui leur sont reprochés. Ils ont même remis en cause la fiabilité de l’enquête réalisé par les limiers. Selon eux, il n’y a pas suffisamment de preuves pour asseoir ces accusations portées contre leurs clients.

Voir Aussi  Affaire Ousmane Sonko : Le procureur requiert le mandat de dépôt contre la propriétaire du salon

Dans son réquisitoire, le parquet a également confirmé l’absence de preuves suffisantes pour motiver une condamnation. C’est ainsi qu’il a demandé une libération de tous les prévenus au bénéfice du doute. Pour sa part la Cour a tout simplement suivi la demande du représentant du ministère public.

igfm

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.