Diop Iseg «Clarifie» Et Contre-Attaque: » Dieyna N’a Pas Accepter De Faire Les Tests ADN »
Diop Iseg «Clarifie» Et Contre-Attaque: » Dieyna N’a Pas Accepter De Faire Les Tests ADN »

Diop-Iseg n’en finit plus de faire les choux gras de la presse. Tantôt c’est l’histoire de Dieyna qui refait surface, tantôt c’est la propriété de la maison. Alors que le juge des référés a rendu une décision d’expulsion, Diop attend que l’huissier de justice lui notifie ladite décision pour, dit-il, «faire annuler la procédure». Dans cet entretien, il bat en brèche les arguments de l’ordonnance et accuse Aïssatou Seydi d’avoir fait main basse sur sa fortune, en complicité avec la Bank of Africa (BOA). Diop-Iseg revient aussi sur l’affaire Deyna Baldé.

Les Echos : Avez-vous pris connaissance de l’ordonnance du juge des référés ?

Mamadou Diop : On attendait que l’ordonnance nous soit notifiée ; maintenant qu’elle est sortie, cela nous arrange d’une part, parce que nous allons en appel dans une procédure d’urgence. Je tiens à préciser que je suis toujours chez moi et je ne suis pas expulsé. C’est une procédure qui est en cours et il faut savoir qu’il y a trois procédures en appel, en annulation et une autre ouverte à la gendarmerie ou nous avons été entendus. Par rapport à la maison, aujourd’hui, c’est indéniable que l’on a payé la maison avec 7 chèques de 10 millions en guise d’avance. C’est quand je suis allé en prison que Aïssatou Seydi a commencé à faire des démarches pour s’approprier la maison. Elle ne pensait pas que j’allais sortir et dès qu’elle a été informée de ma libération, elle s’est empressée de détruire les chèques. En complicité avec le propriétaire de la maison, Mamadou Ba et la Bank of Africa (Boa), il y a eu un deal sur mon dos. Maintenant, avec la Boa, il se pose un problème de transparence dans la mesure ou elle est incapable de me fournir les relevés bancaires avec les noms des bénéficiaires. Il y a un deal flagrant entre Aïssatou Seydi et la banque. Aïssatou Seydi était dans la Direction générale et je l’ai mandatée pour acheter deux maisons, à savoir celle où j’habite et celle qui fait office de campus pour l’Iseg. En plus, Aïssatou Seydi a retiré frauduleusement 713 millions, qui n’ont rien à voir avec l’argent des maisons. Raison pour laquelle j’ai porté plainte contre la Boa et le Directeur général sera entendu à la gendarmerie.

Qu’en est-il de l’état des droits réels…

(il coupe) Iseg a décaissé 110 millions pour la maison dont le prix était fixé à 140 millions. Devant les enquêteurs, Aïssatou Seydi a reconnu que la maison a été achetée avec des chèques de l’Iseg. On habite toujours ensemble et elle occupe une chambre dans la maison. Donc, l’ordonnance n’est pas valable parce que dans le Code de la famille, un époux ne peut pas exclure l’autre tant qu’ils sont dans les liens du mariage. Nous avons des arguments pour faire annuler cette ordonnance, car nous avons une fille qui est mineure et si on m’exclut, qui va se charger de l’éducation de l’enfant ? Pour le moment, j’attends l’huissier pour faire annuler l’ordonnance. Il y a aussi la pré-notation comme quoi on a inscrit le nom de l’Iseg dans le droit réel. C’est l’Iseg qui a acheté la maison et c’est incontestable, aussi bien au niveau de Mamadou Ba le vendeur qu’au niveau de Aïssatou Seydi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.