Entre soudeur, maçon, menuisier, et charretier, Modou Lô a été un vrai « homme aux douze métiers ». Dans un entretien accordé au quotidien « Record », le chef de file de l’écurie Rock Energie, Modou Lô, retrace son parcours de « combattant ».

« J’ai eu à exercer la maçonnerie malgré le refus de mon père. Mais j’ai fini par céder pour être simultanément, menuisier, soudeur métallique et apprenti-chauffeur à ses côtés. J’ai pratiqué ces différents métiers dans les rues de Pikine. Mon père avait un camion et je l’aidais à transporter le poisson vers les revendeurs sur différents sites. Je me réveillais à 4 heures du matin pour aller le rejoindre au marché central au poisson et jouer à l’apprenti-chauffeur avant d’aller à l’atelier de menuiserie métallique à 10 heures. Une fois à l’atelier, je travaillais jusqu’à 17 heures pour ensuite aller m’entraîner. J’ai été charretier, mais je le faisais juste par plaisir ».

senego

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.