Homosexualité au Sénégal: Wally Seck en mission commandée dans la promotion du lgbtisme
Homosexualité au Sénégal: Wally Seck en mission commandée dans la promotion du lgbtisme

Par le Docteur Sawrou FALL,

Spécialiste en Histoire Moderne Contemporaine et du temps Présent.

Chers citoyens, concitoyens et coreligionnaires. La présente contribution vient soutenir
l’Imam Kanté, un fervent défenseur de la cause du peuple sénégalais vouée aux gémonies par une
famille de dépravées. A la suite d’une contribution que j’avais faite sur la polémique soulevée par le
sac à main du fils de Thione Seck, le Sénégal avançait vers des lendemains périlleux alors que l’école
perdait progressivement le monopole de l’information. Aujourd’hui et sans risque de nous tromper,
l’offensive homosexuelle est d’une intensité telle que les chancelleries occidentales n’avancent plus à
visage masqués car soutenues en cela par un clic de pseudos imams voyous et une famille Seck prête à
tout pour percer dans le showbiz à l’international. Ce n’est plus un jeu de yoyo entre le pouvoir et les
réseaux homosexuels. C’est pourquoi nous persisterons dans la répétition informationnelle de par ses
vertus pédagogiques.
De l’histoire du sac du jeune chanteur Waly Ballago Seck à la sentence de l’Ong Jamra,
l’homosexualité a atteint l’étape d’une réalité rampante entre le sociétal et la question sociale au
Sénégal. Tel un phœnix qui renait de ses cendres, à chaque fois que le peuple croit l’avoir dépassée, on
la lui ramène en pleine figure comme si des forces tapies dans l’ombre veulent en faire une banalité
dans un pays où musulmans et chrétiens la réprouvent totalement. En réalité la question de
l’homosexualité dépasse bien l’entendement du jeune chanteur Waly, mais il faut pour nous, le
comprendre et l’aider à saisir le sens et l’essence d’un imbroglio eschatologique autour de lui et des
siens.

En fait nous n’avons pas ni à le comprendre ni à l’aider car Waly est dans une mission de promotion
de l’homosexualité au Sénégal….

D’une situation d’incompréhension et de malentendus, nous passons à une situation où la
famille de Thione Seck se constitue bras armé de l’homosexualité au Sénégal. Ceux ou celles qui
doutent encore de la puissance de ces lobbies au Sénégal n’ont encore rien vu. Dans l’affaire du sac à
main cité plus haut dans le premier texte, la sentence de l’Ong Jamra fut sans équivoque aujourd’hui
avec le drapeau LGBT, nous ne reconnaissons plus Jamra et les personnes qui le représentent. Elles se
sont fait enfariner avec un clic d’imams à la solde de la franc-maçonnerie et des lobbies gay.
Ahmed Khalifa Niass prend le peuple sénégalais comme du bétail…un simple t-shirt peut bien servir
une cause alors consultons l’histoire et allons au delà du simple t-shirt….A.K.N.

Un rétrospectif à la fois historique et idéologique aiderait peut être, ses acolytes, ses fans et
beaucoup de jeunes sénégalais comme lui qui n’arrivent pas à comprendre ce qui se déroule sous leurs

yeux. En effet, entre 1947 et 1989, les Etats-Unis et l’Union Soviétique se sont menés une lutte
acharnée pour le contrôle du monde sous les bannières respectives du capitalisme et du socialisme.
C’est au moment où les soviets ont commencé à boire du Coca-cola et à porter des jeans que l’Empire
Soviétique a accusé ses premiers coups de fléchissement. La réalité est simple et nous n’avons besoin
d’épiloguer davantage sur l’histoire pour poser le problème. Dans le monde actuel, tout se passe par la
mode, ainsi va le système de production capitalistique. N’est-ce pas Gustave Flaubert qui affirmait
que,« quand tu appartiens à une mode, quand la mode sera dépassée, tu seras démodé ». Certes, tout se
passe vite dans le « showbiz » mais le suivisme frénétique de la mode peut être dangereux pour un
artiste voire même suicidaire sous nos cieux. Et vous ne pouvez alors guère vous prémunir de
la« licence » culturelle pour accepter et incorporer tout ce que la mode vous impose !

M. Thione Seck, dépassionne le débat et maitrise ta fibre paternaliste pour voir la réalité en face, elle
saute même aux yeux… fais ton mea culpa et excuses toi auprès des sénégalais…tu n’as rien
compris…

Le capitalisme triomphant impose à travers la dynamique trilatérale un cadre
d’épanouissement où la franc-maçonnerie et l’homosexualité occupent une place de choix. Telles les
deux faces d’une pièce de monnaie, leur statut de servant du système fait que l’un ne peut aller sans
l’autre. Le libéralisme ancien ne pouvait pas se passer de religion. Alors, il empruntait aux sociétés du
passé ses systèmes de légitimation. Maintenant qu’il pense avoir éliminé l’essentiel des forces de
résistances, l’existence d’une justification transcendante est moins pesante. Fondé sur le calcul, sur la
rationalité économique, sur la tyrannie des ratios et des quotas, le capitalisme trouve dans la science
moderne un outil des plus précieux, mais aussi un système de légitimation qui veut prendre la place du
religieux.Àtout égard, la religion devient un obstacle au développement du capitalisme et de
l’homosexualité.Quand les autorités religieuses s’opposent aux manipulations sur les embryons
humains, elles entravent évidement la bonne marche du progrès. Quand elle refuse les fécondations in
vitro et les « mères porteuses », elles freinent le processus d’adoption et de reproduction des
homosexuels. Ainsi « impudentes qu’elles sont » aux yeux des franc-tireurs, les religions ferment un
champ potentiel d’accumulation du capital. Par contre, lever les tabous sur l’homosexualité a permis
de créer un nouveau marché, celui de la gay attitude représentée par tout ce qui est vêtement
serré,majestueusement appelés « prés du corps ». Les tabous religieux sur la vie humaine et
l’incompressible besoin d’affronter la question de la mort ouvrent un nouveau marché, un nouveau
champ d’accumulation du capital. La religion et les confréries deviennent alors des soupapes de
protection et de résistance. Ainsi la poussée islamiste apparait-t-elle comme une réaction à l’extension
du mode de vie et des valeurs occidentales qui portent l’homosexualité.

L’identité sénégalaise est en danger…un problème profond et sérieux… l’Etat a les mains liées…sa
dernière « opposition » une simple abstention au comité des droits de l’homme des Nations-Unies sur
l’homophobie…une abstention alors que 99,99% des sénégalais réprouve l’homosexualité…
Le terrain est alors balisé et il ne reste de place que pour le débat sociétal, entre ceux qui
s’occupent uniquement du bien-être terrestre et veulent la recherche sur les embryons, le mariage
homosexuel et l’euthanasie et ceux qui défendent les droits de Dieu. Ces derniers proclament que la
vie humaine existe dés que le spermatozoïde rencontre l’ovule, condamnent l’homosexualité sous
toutes ses formes comme contre nature et dénoncent l’euthanasie comme un crime contraire à la loi
divine. Sans parler des maitres sophistes du dépassement des contradictionscomme Bertrand
Delanoë.Homosexuel déclaré et champion du libéralisme sociétal, il donne à une place de la ville de
Paris, le nom de Jean-Paul II, comme l’avait fait un ancien Président franc-maçon du Sénégal sur une
Avenue de Dakar qui porte le nom d’un grand marabout sans que le peuple n’en pipe mot. S’ils nous
prennent pour des faire-valoir, ils se trompent lourdement. Ce Bertrand Delanoë, ouvertement
homosexuel, a représenté pourtant le Parti socialiste français à la levée du corps d’Ousmane Tanor
Dieng. Les choses sont tellement imbriquées et compliquées….

Sodome, Gomorrhe et Loth se reconstruisent lentement et surement …malgré leur destruction par la
colère divine…… une fin des temps à la fois si proche et si lointain…

La substitution du sociétal au social joue ainsi un rôle décisif dans l’étouffement de toute
critique radicale de l’homosexualité. En Europe alors que les défilés ouvriers du 1 er mai ne rassemblent
plus guère que quelques cortèges de militants, la grande manifestation du printemps est désormais la
gay pride. Ces mouvements sociétaux effacent les conflits des classes en leurs substituant d’autres
antagonismes : partisans et adversaires, homophiles et homophobes. Ce qui fait que riches, pauvres,
paysans, gay et lesbiennes sont unis dans leur statut de victimes de préjugés homophobes. L’ancien
Président du Conseil affirmait que depuis 1960, notre économie en étant transformée « en marché
d’esclaves, fut livrée pieds et points liés au capitalisme international et à ses servants ». Depuis,
beaucoup « d’eau a certes, coulé sous les ponts » mais, de l’affirmation d’un ancien Président de la
République « j’étais franc-maçon mais je ne le suis plus » à la construction du monument de la
renaissance de la franc-maçonnerie africaine en passant par la civilisation de l’universelle du Président
poète, le pas est vite franchi. Il s’agit maintenant de faire tomber les deux grands remparts qui
constituent le socle de la résistance contre sa légalisation : Touba et Tivaoune. Le peuple est averti et
nous n’avons pas besoin de gants pour l’affirmer haut ! Waly Seck, le peuple a compris. Il résiste et
résistera par tous les moyens pour te barrer la route et rendre caduque ton sinistre objectif de
transformer le Sénégal en pays gay. Wassalam.
Dr. Sawrou FALL,
Prof. HG, Lycée de Diouroup

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.