Entre tristesse, consternation et colère, difficile de dire le sentiment qui prévaut actuellement à Louga, et certainement partout au Sénégal, après l’annonce du décès de Astou Sokhna. cette femme, qui est entrée dans l’hôpital Amadou Sahir Mbaye de Louga à 9h 30 pour accoucher, décédera à 5 heures du matin après d’atroces douleurs, sans jamais réussir à donner vie.

Pendant des heures et des heures, la jeune dame, accompagnée par son mari et sa mère, a souffert, demandant à être opérée. « Ses derniers mots étaient ‘’je suis fatiguée, pour l’amour de Dieu, opérez-moi car je ne sais pas si je serais encore là demain’’ », a relaté Libération dans son édition du jour.
D’après ce journal, Astou Sokhna devait subir en urgence une césarienne, mais est finalement «décédée dans l’indifférence totale après avoir souffert de 9 heures 30 à 5 heures du matin».

Voir Aussi  Cheikh Tidiane Youm (PUR) : «Serigne Moustapha Sy a prédit que ces élections…» (vidéo)

La sage-femme, elle, n’avait qu’une phrase à la bouche : «Ndèye Astou n’était pas programmée pour aujourd’hui». Et, après sa mort, un certificat de décès, sans signature, évoque « une mort naturelle » pour tenter de masquer le scandale. Mais peine perdue.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.