Ces derniers temps, le débat sur la légalisation de l’avortement médicalisé fait la Une de l’actualité. Pour certains imams comme Ahmad Kanté ou Omar Sall, il ne faut surtout pas que ce projet de loi passe.

Réagissant à cette affaire, l’ancien bras droit de Macky Sall, Moustapha Diakhaté, a pris le contre-pied des Imams. Pour lui, l’Etat doit tout faire pour légaliser l’avortement médicalisé.

“Accuser les associations féminines de revendiquer la légalisation de l’IVG de confort est une déformation fantaisiste de leur combat fondamentalement humaniste. Eles luttent pour l’applicable du protocole Maputo que le Sénégal a signé et ratifié et qui est désormais une norme supérieure à la Constitution du Sénégal. Les associations féministes rappellent au Sénégal qu’il doit absolument respecter sa parole et sa signature“, déclare Moustapha Diakhaté.

D’après lui, « un bon musulman doit toujours dire la vérité. Et son honneur est de combattre ceux qui commettent l’inceste ou le viol au lieu de dénigrer les femmes qui soutiennent leurs victimes ».

“En violation du Protocole de Maputo qu’il a signé et ratifié, l’avortement est toujours interdit par le code pénal au Sénégal. Il est cependant toujours pratiqué clandestinement et partout au Sénégal, pays béni où reposent Cheikh Oumar Foutiyou, Bamba, Maodo, Baye Niass et Baye Laye et souvent dans des conditions sanitaires catastrophiques avec pertes en vies humaines“, ajoute-t-il.

Moustapha Diakhaté encourage le Comité sénégalais des droits de l’homme, la Rencontre africaine des droits de l’homme (RADDHO), la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) et Amnesty international “à ne ménager aucun effort pour faire du protocole de Maputo un droit auquel peuvent recourir les femmes victimes de viol et d’inceste“.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.