Les scènes de bousculades et de rassemblements notées dans les gares routières et sur les principales avenues de la capitale, en raison du manque de moyens de transports, ne sont pas du goût des députés à l’Assemblée nationale, qui y voient un des effets pervers du couvre-feu qui entre en vigueur à 21 h.

Raison pour laquelle, ils ont interpellé le ministre de l’Intérieur lors de l’adoption, hier à la l’Assemblée, du projet de loi portant modification de l’état d’urgence et de l’état de siège.

Voir Aussi  Exclusif: Voici les dernières informations qui laissent croire que Diary Sow a…

Les députés, selon le rapport issu de l’examen du projet de loi, ont recommandé au ministre de l’Intérieur « d’éviter la répression et la confrontation, tout en accordant une attention toute particulière aux revendications exprimées.

A ce propos, ils ont demandé de remonter l’heure de démarrage du couvre-feu jusqu’à 22 heures ou 23 heures, compte tenu des contraintes liées aux moyens de transport ; ce qui éviterait les bousculades et rassemblements constatés », mentionne le texte parcouru par Seneweb.

Voir Aussi  État D’urgence: Le ministre de l’intérieur à la Rts1 à 20H pour annoncer de nouvelles mesures.

En réponse à ces interpellations, Antoine Diome « dit avoir pris bonne note des recommandations pour relever l’heure de démarrage du couvre-feu, tout en informant que le Chef de l’Etat a décrété l’état d’urgence assorti de couvre-feu après consultation des membres du Comité national de Gestion des Épidémies (CNGE) ».

De même, concernant les manifestations de quelques citoyens notées ces derniers jours contre le couvre-feu, « ses services travaillent pour apporter des solutions appropriées », ajoute le document.

Assane SEYE-Senegal7

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.