Macky doit choisir…la prison pour son beau-frère ou la colère du peuple

188
Macky doit choisir…la prison pour son beau-frère ou la colère du peuple
Macky doit choisir…la prison pour son beau-frère ou la colère du peuple

Le rapport de la Cour des Comptes accable le ministre Mansour Faye, beau-frère de Macky Sall. Il est mouillé jusqu’au cou et le peuple réclame la justice, rien que la justice. « Mansour Faye, comme tous les ministres qui ont pillé les fonds de riposte contre la Covid, doivent rembourser les sommes détournées ou aller en prison » selon plusieurs activistes et membres de la société civile comme Alioune Tine, fondateur de Africa jom center. Macky Sall pourrait-il « jeter » en prison le frère de la première dame, son épouse ? Et si Macky n’agit pas sur le cas de son beau-frère et des autres ministres impliqués, il devra affronter la vindicte populaire…

En effet, Mansour Faye ainsi que les autres ministres cités dans ce rapport de la Cour des comptes sur la gestion des fonds affectés dans le cadre de la riposte aux effets de la Covid-19, donnent le sentiment d’être des impunis. Ils se mettent à dénigrer la Cour des comptes ainsi que tous les autres corps de contrôle de l’Etat. Moustapha Diop d’abord, ensuite Mansour Faye, narguent les populations. C’est Moustapha Diop qui se sert d’abord de la presse, en faisant croire par l’intermédiaire de ses proches qu’il est victime d’un acharnement…

C’est au tour de Mansour Faye de se distinguer à travers une interview parue dans L’Observateur de ce jeudi 22 décembre. Mansour Faye a raté vraiment l’occasion de se taire. Mansour Faye s’en prend aux auditeurs de la Cour des comptes qui ont épinglé son ministère à propos d’un marché de riz de 25 milliards FCFA. Il soutient : « Si l’occasion m’est donnée, je ferai un recours, a promis Mansour Faye. Je ne peux pas comprendre qu’on livre à la vindicte populaire, sur des bases non justes, d’honnêtes citoyens, des gens qui sont allés dans le Sénégal des profondeurs. Ça pose problème.

 »

Mansour Faye pousse le bouchon trop loin et va même jusqu’à voler au secours de son Directeur de l’administration générale et de l’équipement (DAGE) Aliou Sow à propos de qui, la Cour des comptes réclame l’ouverture d’une information judiciaire.

Le beau-frère du Président de la République y va de toutes ses forces : « Au-delà du DAGE, c’est moi-même qui suis visé en réalité. J’ai suivi le processus du début à la fin parce que les questions de transparence sont importantes pour moi. Qui touche le DAGE me touche. Par devoir moral, je ne peux accepter qu’on accuse quelqu’un qui n’a rien fait. En plus, un collaborateur qui a travaillé d’arrache-pied pour arriver à ce résultat. » Et d’ajouter à propos toujours du DAGE qu’il dit être affecté : « Je l’ai rassuré parce que dans cette histoire, nous sommes tous ensemble et nous n’avons rien à nous reprocher. Nous avons la conscience tranquille. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.