Accusés de viol collectif sur une personne vulnérable, deux apprentis-chauffeurs ont été arrêtés par les policiers du commissariat urbain de Mbacké. Ils ont été présentés hier lundi au procureur de Diourbel. Une sordide affaire de viol collectif commis sur une personne vulnérable cristallise les débats à Mbacké où deux apprentis-chauffeurs se sont relayés sur une femme mariée devant son enfant. Selon la victime, O. Keita et son collègue apprenti-chauffeur E. Sarr lui ont menacé avec un couteau avant de la traîner dans un bâtiment inachevé. Une fois à l’intérieur, ces deux jeunes hommes ont violé à tour de rôle la femme mariée. Ce sont les cris de détresse de l'enfant de la victime, qui était présent, qui ont alerté le voisinage, d'après une source de Seneweb proche du parquet. C’est ainsi que des jeunes sont accourus sur place, avant de neutraliser les deux violeurs qui tentaient de prendre la fuite. Alertés, les hommes du commissaire Ibrahima Diallo ont rappliqué sur les lieux avant d'embarquer ces deux apprentis-chauffeurs au commissariat urbain de Mbacké. Mais tout long de leur interrogatoire, ces deux présumés violeurs, connus des fichiers de la police, ont nié en bloc les faits, sans convaincre les enquêteurs. Selon O. Keita et E. Sarr, ils étaient, nuitamment, dans le bâtiment inachevé pour fumer du tabac. Mais la victime A. N., domiciliée à Touba, a été formelle : ces deux apprentis-chauffeurs l'ont menacée avec un couteau avant de la violer à tour de rôle. Toutefois, nos sources soulignent que la victime ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. C'est pour cette raison qu'elle a pu être trainée, en compagnie de son enfant, de Touba à Mbacké par ses présumés bourreaux. A l'issue de l'enquête diligentée par les policiers du commissariat urbain de Mbacké, O. Keita et E. Sarr ont été présentés, hier lundi, au procureur de Diourbel pour viol sur une personne vulnérable.

Accusés de viol collectif sur une personne vulnérable, deux apprentis-chauffeurs ont été arrêtés par les policiers du commissariat urbain de Mbacké. Ils ont été présentés hier lundi au procureur de Diourbel.

Une sordide affaire de viol collectif commis sur une personne vulnérable cristallise les débats à Mbacké où deux apprentis-chauffeurs se sont relayés sur une femme mariée devant son enfant.

Selon la victime, O. Keita et son collègue apprenti-chauffeur E. Sarr lui ont menacé avec un couteau avant de la traîner dans un bâtiment inachevé.

Une fois à l’intérieur, ces deux jeunes hommes ont violé à tour de rôle la femme mariée. Ce sont les cris de détresse de l’enfant de la victime, qui était présent, qui ont alerté le voisinage, d’après une source de Seneweb proche du parquet.

Voir Aussi  Mort de Fatou Kiné Gaye : l’assassin présumé accuse sa propre épouse

C’est ainsi que des jeunes sont accourus sur place, avant de neutraliser les deux violeurs qui tentaient de prendre la fuite.

Alertés, les hommes du commissaire Ibrahima Diallo ont rappliqué sur les lieux avant d’embarquer ces deux apprentis-chauffeurs au commissariat urbain de Mbacké.

Mais tout long de leur interrogatoire, ces deux présumés violeurs, connus des fichiers de la police, ont nié en bloc les faits, sans convaincre les enquêteurs.

Selon O. Keita et E. Sarr, ils étaient, nuitamment, dans le bâtiment inachevé pour fumer du tabac.

Voir Aussi  Agression du scootériste à la zone de Captage : Les vrais responsables arrêtés

Mais la victime A. N., domiciliée à Touba, a été formelle : ces deux apprentis-chauffeurs l’ont menacée avec un couteau avant de la violer à tour de rôle.

Toutefois, nos sources soulignent que la victime ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. C’est pour cette raison qu’elle a pu être trainée, en compagnie de son enfant, de Touba à Mbacké par ses présumés bourreaux.

A l’issue de l’enquête diligentée par les policiers du commissariat urbain de Mbacké, O. Keita et E. Sarr ont été présentés, hier lundi, au procureur de Diourbel pour viol sur une personne vulnérable.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.