Informée que son troupeau de 8 chèvres a été volé, la vieille dame Khoudia Sèye (82 ans) a subitement piqué une crise. Évacuée au centre de santé de Darou Mousty, elle est décédée avant l’intervention des médecins.

Les membres de la famille Sour, domiciliée à Darou Mousty au quartier Diam, continuent de pleurer la mort accidentelle de la vieille dame Khoudia Sèye. Cette vieille femme âgée de 82 ans a passé de vie à trépas quelques heures seulement après qu’elle a été informée de la disparition de son troupeau de chèvres. En effet, les regrettables faits se sont déroulés la semaine dernière. Cet après-midi-là, il était environ 19H quand l’octogénaire, qui est restée un bon moment sans voir son troupeau rentrer au bercail, avait demandé à ses petits-fils d’aller à sa recherche. Ces derniers qui ont obtempéré séance tenante, ont commencé à sillonner tout le quartier. Alors, après avoir fait le tour du coin sans voir l’ombre des bêtes, ils ont rendu compte à leur mamie. Celle-ci venait ainsi de se rendre compte que le troupeau a été volé. D’ailleurs, son fils lui a révélé qu’il a identifié les deux voleurs et qu’il s’est lancé à leurs trousses. A la surprise générale, avant qu’il ne termine son discours, son interlocutrice s’est mise à se lamenter. «Les voleurs ont trahi ma confiance. J’ai perdu ma source de revenus. Je ne verrais plus mes bêtes…», répétait-elle, telle une litanie. La minute d’après, elle est prise d’un malaise. Ses proches, pris au dépourvu, se sont mobilisés pour l’évacuer au centre de santé de Darou Mousty. En cours de route, elle pique une crise et décède avant l’intervention des médecins. Seulement, pendant qu’elle luttait contre la mort, ses petits-fils procédaient à la traque des présumés voleurs, en suivant leurs traces de pas, lesquels les ont conduits dans une maison. Ne voulant pas prendre le risque d’y entrer seuls, ils ont informé les éléments de la Brigade de gendarmerie de Darou Mousty. Les hommes du Commandant Mbaye qui ont effectué le déplacement sur les lieux, ont convoqué les deux parties. Ainsi, pendant que les hommes en bleu réfléchissaient sur les techniques d’enquête à dérouler pour éclairer les zones d’ombre de ce vol, le médecin-chef du centre de santé de la localité les informe que la vieille dame Khoudia Sèye, victime du vol, est décédée. Poursuivant leur enquête, les gendarmes ont procédé à l’interpellation des nommés Doula Ka et Amadou Bâ, désignés par les membres de la famille Sour comme étant les voleurs. Entendus, ces derniers ont nié les faits : «Nous n’avons pas vu les bêtes en question. La famille nous accuse à tort. Les jeunes qui suivaient des traces de pas nous ont croisés dans la brousse. Et ils sont venus vers nous pour nous accuser…» Malgré leurs dénégations, les deux mis en cause, poursuivis pour vol portant sur du bétail, ont été déférés au parquet de Louga à l’issue de la durée légale de leur garde à vue. Attraits hier devant la barre du Tribunal de grande instance, ils ont maintenu leur déclaration. La partie civile n’a pas, non plus, varié dans ses accusations : «Nous avons suivi leurs traces de pas. Ils étaient deux. Après avoir commis leur forfait, ils ont transporté le butin à bord d’une moto Jakarta.» L’avocat de la défense, Me Famara Mané, est d’avis qu’il y a doute dans cette affaire, dans la mesure où, c’est la parole des parties civiles contre celle des prévenus. Il a plaidé pour la relaxe au bénéfice du doute. Il a été entendu par le tribunal qui a relaxé les deux prévenus au bénéfice du doute. Le parquet avait requis l’application de la loi.

Voir Aussi  Dernière minute : Kylian Mbappé a choisi le PSG !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.