Le ministère de la Formation professionnelle, dirigé à l’époque par Mamadou Talla, actuel ministre de l’Éducation nationale, a été épinglé dans le rapport 2017 de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp).

Selon Libération, “un système frauduleux a été mis en place pour favoriser un cartel de fournisseurs qui s’accaparait de toutes les ressources à coups de surfacturations, d’ententes délictuelles et de simulation”.

À en croire le journal qui a consulté le rapport, “un même  fournisseur, spécialisé en bâtiment, fait le nettoiement des locaux, livre de fournitures de bureaux, fournit le matériel pédagogique…”.

Pis, relate encore Libération dans sa parution de ce mardi, “une rame de papier est facturée à 4950 Fcfa et une distance mètre à 642 000 Fcfa”.

Alors qu’un autre fournisseur se transforme en réceptif hôtelier et facture à 40 000 Fcfa/nuitée des séminaristes logés dans une école qui dépend du ministère.

Ce n’est pas tout. Un “dératiseur” organise des ateliers de formation pour la Direction des ressources humaines pendant qu’un menuisier rafle les marchés de communication.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.