L’accalmie notée durant la dernière année scolaire pourrait être fortement remise en cause par le Cadre unitaire des enseignants du moyen-secondaire (Cusems). Ladite organisation syndicale d’enseignants n’est pas contente du niveau d’exécution des accords signés avec le gouvernement à travers un protocole du 30 avril 2018. En conférence de presse, hier, le Cusems a vivement déploré les lenteurs administratives persistantes : “L’objectif fixé de déboucher les tuyaux n’est pas atteint, malgré l’organisation de quelques guichets uniques et le timide démarrage de la dématérialisation”.

Selon Le Témoin, l’organisation syndicale signale qu’il a été constaté, à cause de cette situation, un retard sur les mises en soldes. Et, on en serait à 3500 en fin septembre 2019 sur un objectif annuel de 10 000. S’agissant du paiement des rappels de tous ordres, le Cadre unitaire des enseignants du moyen-secondaire (Cusems) alerte sur le fait que les montants alloués risquent de tomber en fonds libres : “Au rythme où les rappels d’intégration sont payés, 250 à 300 par mois, il faudrait plus de 17 ans pour payer les derniers immatriculés”.

Pourtant, le gouvernement s’était engagé à payer tous les rappels avant la fin de l’année 2020. Pis, ceux qui perçoivent les leurs sont surimposés au point de devoir produire une demande de régularisation pour se faire rembourser les sommes indûment prélevées. “Sur le système de rémunération, les réponses du gouvernement frisent l’immobilisme malgré le constat unanimement partagé et attesté de son iniquité et de son injustice. Or, tant que cette question nodale n’aura pas été adressée, il serait vain d’espérer une quelconque stabilité dans l’espace scolaire”, indiquent les dirigeants du Cusems.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.