Retournement de situation dans l’affaire du double meurtre : à la barre, Khadim Seck avoue avoir tué Ababacar Diagne, Le juge a rejeté la demande des avocats de Cheikh Béthio, L’oncle de Bara Sow demande justice pour son neveu tué

Le procès de Cheikh Béthio Thioune et des 19 Thiantakones, qui s’est ouvert ce mardi 23 avril 2019, se poursuit au tribunal d’Instance de Mbour. Le juge, qui a opté pour le jugement par contumace, du guide religieux, actuellement à Bordeaux pour des raisons médicales, procède actuellement à l’audition de ses co-accusés.

pressafrik.com

C’est ainsi que six des 19 Thiantakones inculpés sont passés à la barre ce mardi pour être auditionnés. L’un d’entre eux, répondant au nom de Serigne Khadim Seck, a voué avoir tiré sur l’une des victimes Ababacar Diagne. Il a également reconnu que l’arme qui a servi à tuer le sieur Diagne lui appartenait.

C’est décidé. Cheikh Béthio Thioune sera jugé par contumace. Le juge Thierno Niang, qui préside l’audience de la Chambre criminelle du tribunal de grande instance (TGI) de Mbour, a décidé que sa juridiction va juger le guide des thiantacounes par contumace dans l’affaire du double meurtre de Médinatoul Salam.

Il a rejeté la demande des avocats de Cheikh Béthio Thioune qui réclamaient «un sursis de contumace» pour leur client, invoquant son absence pour raisons médicales. En clair, les avocats voulaient éviter que le tribunal juge Cheikh Béthio par contumace. Ils voulaient qu’il renvoie l’affaire jusqu’à la prochaine session, le temps que leur client se rétablisse.

Mais le juge s’est montré intraitable. Il a rejeté la demande des avocats, décidant de juger le marabout par contumace. Les débats d’audience se poursuivent.

C’est décidé. Cheikh Béthio Thioune sera jugé par contumace. Le juge Thierno Niang, qui préside l’audience de la Chambre criminelle du tribunal de grande instance (TGI) de Mbour, a décidé que sa juridiction va juger le guide des thiantacounes par contumace dans l’affaire du double meurtre de Médinatoul Salam.

Il a rejeté la demande des avocats de Cheikh Béthio Thioune qui réclamaient «un sursis de contumace» pour leur client, invoquant son absence pour raisons médicales. En clair, les avocats voulaient éviter que le tribunal juge Cheikh Béthio par contumace. Ils voulaient qu’il renvoie l’affaire jusqu’à la prochaine session, le temps que leur client se rétablisse.

Mais le juge s’est montré intraitable. Il a rejeté la demande des avocats, décidant de juger le marabout par contumace. Les débats d’audience se poursuivent.

Présent au procès de l’affaire Médinatoul Salam qui a coûté la vie à son neveu, l’oncle de Bara Sow, El Hadji Mamadou Falilou BA, une des victimes, attend que « le droit soit dit. » « Je suis content que le procès soit enfin ouvert, exulte-t-il, interrogé par iRadio. Mon neveu a été tué le 22 avril 2012. Cela fait sept (7) ans aujourd’hui. Je demande à ce que le droit soit dit d’autant que les faits sont avérés. Il y a des morts et un enterrement sans autorisation. »

En face, les proches des présumés meurtriers tiennent un tout autre langage. Après sept ans de détention, ils demandent à ce que les disciples de Cheikh Béthio Thioune bénéficient des mêmes faveurs que leur guide.
« Ce qu’on attend de ce procès, indique Mamy Diouf, sur les mêmes ondes, c’est qu’on fasse les choses et qu’on en finisse parce qu’ils ont déjà purgé sept (7) ans de prison. Il est temps qu’on les juge. Rester tout ce temps en prison sans qu’ils ne soient jugés, c’est tout simplement inadmissible. Cela ne se passe qu’au Sénégal. Il est vraiment temps qu’on les juge et qu’on les relâche ou qu’ils bénéficient d’une liberté provisoire comme leur guide. Pourquoi pas ! »
Ababacar Diagne et Bara Sow, deux « Thiantakones » tués en avril 2012 à Médinatoul Salam.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.