L’arrivée d’internet a fait place à une nouvelle criminalité à savoir la cybercriminalité. Ce fléau dangereux qui a plusieurs facettes dont l’escroquerie ne cesse de faire des victimes dans un web sénégalais rempli de profanes. Mais s’il y a une personne dont le nom ne cesse de revenir à chaque fois, c’est bien Marième Faye Sall.

La Première dame du Sénégal et présidente de la Fondation «Servir le Sénégal» est en effet une nouvelle fois victime des cybercriminels qui utilisent son nom pour soutirer de l’argent à des internautes. Et cette fois, les «brouteurs» sont allés trop loin, utilisant le drapeau et les sceaux de la République, le nom du ministre de la Justice ou encore le cachet du ministère de la Justice.

Sur le web, l’inventivité des escrocs n’a pas de limites. Usurpation d’identité, phishing (une technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d’identité), logiciels malveillants… Dès lors, de plus en plus d’internautes subissent des escroqueries. Et les personnalités publiques et autres célébrités sont les plus touchées par le fléau. C’est le cas de la Première dame du Sénégal, Marième Faye Sall. L’épouse du président de la République, dont les actions sociales au bénéfice des populations démunies sont connues de tous, est très souvent victime d’usurpation d’identité sur internet.

Il y a quelques jours, nous informions qu’un internaute a créé le 8 janvier dernier une fausse page Facebook sous son nom. Pour attirer plus de «proies», le cybercriminel n’avait pas lésiné sur les moyens, allant jusqu’à sponsoriser des publications pour toucher plus de monde. Dans un banal post en date du 8 janvier 2021, ce cybercriminel qui se faisait passer pour la Première dame promet des aides aux internautes. Malheureusement, bon nombre de nos compatriotes sont tombés dans le panneau. Beaucoup d’internautes ont commenté le post et sans doute beaucoup ont dû lui écrire comme il les y a invités.

Voir Aussi  Vidéo – Urgent Me Bamba Cissé confirme: « Guissou Niou Ousmane Sonko khamou niou foumou nek »

Un «Certificat d’autorisation de décaissement»…

On croyait alors avoir atteint le sommet en ce qui concerne ces génies du mal. Mais c’était compter avec la parution d’un faux document appelé «Certificat d’autorisation de décaissement» envoyé à des internautes sénégalais pour les escroquer. «Je soussigné Mme Marième Faye Sall, la Fondatrice de la ‘’Servir le Sénégal’’, Première dame du Sénégal, autorise le gestionnaire M. Clément Dieudonné, Conseiller financier, à décaisser une sommes d’un million quarante-trois mille cinq cent francs (1.043.500 F Cfa) à Mme Sall Khady citoyenne du Sénégal à Niary Tally pour la réalisation de son projet en cours. Cependant, le bénéficiaire doit payer une somme de 27.500 F Cfa pour les frais de décaissement avant d’obtenir ses fonds», peut-on lire sur le faux document.
Et pour mieux convaincre ses potentielles victimes, le cybercriminel n’a pas hésité à utiliser le drapeau et les sceaux de la République, le nom du ministre de la Justice pour faire croire que c’est Monsieur Malick Sall qui a signé le document et qui y a apposé le cachet du ministère de la Justice. Cette lettre qui date du 11 janvier dernier circule largement sur internet. Et les moins attentionnés risquent de se faire avoir. D’ailleurs, après vérification, il s’est avéré que le mal était plus profond. En effet, il s’agirait d’un «réseau» de malfaiteurs opérant sur la toile avec un modus operandi bien déterminé.

Voir Aussi  Urgent – Affaire « Sweet Beauté » – Ousmane Sonko pourrait être libre et vers un contrôle judiciaire…

Une Sénégalaise vivant en Europe a aussi failli se faire arnaquer par ces malfaiteurs du web. Ayant échappé de peu à l’arnaque, elle a partagé son histoire sur des forums en ligne pour éviter à ses compatriotes d’en être des victimes. Ainsi, à travers un enregistrement audio, la dame explique qu’elle a d’abord été contactée sur internet par quelqu’un qui se faisait passer pour la Première dame. «EIle vous demande si vous avez reçu de l’aide dans le cadre du plan de riposte contre le Covid-19. Si vous répondez que vous n’avez pas reçu, elle vous donne un numéro qui serait celui de son Conseiller financier. Mais quand vous contactez le soi-disant Conseiller financier, celui-ci vous propose des financements allant de 15.000 F Cfa à 500.000 F Cfa. Mais dans la foulée, il t’invite à payer un droit de timbre pour pouvoir recevoir les fonds promises», a expliqué la Sénégalaise, invitant ses compatriotes à ne pas commettre l’erreur de verser de l’argent à ces arnaqueurs.

Sidy Djimby NDAO

LES ECHOS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.