Le marabout politicien ne souhaite pas la prison au leader de PASTEF. Ahmed Khalifa NIASS l’a affirmé ce mardi, revenant ainsi sur son premier communiqué sur le sujet. En effet, invité à l’émission Balance de WalTv, il indique considérer Ousmane SONKO comme un adversaire mais ne lui souhaite pas un séjour en prison.

« Je connais les conditions de détention dans les prisons pour les avoir fréquentées. Et ce que j’ai vu, je ne le souhaite à personne même pas à un adversaire politique », a expliqué Ahmed Khalifa NIASS.

Poursuivant, il déclare ne pas croire aux accusations de « viols et de menaces de mort » portées contre Ousmane SONKO. « Ma conviction personnelle est qu’il n’a pas fait ce qu’on lui reproche. Cela ne veut pas dire qu’il ne l’a pas fait, mais moi personnellement je n’y crois pas », explique-t-il.

Voir Aussi  Levée de la garde à vue de Sonko : une obligation qui s’imposait pour la justice

Se dressant en défenseur du leader de PASTEF, le guide religieux trouve que le régime ne doit pas commettre l’erreur d’emprisonner ce dernier. Selon lui, ceux qui conseillaient à SENGHOR en 1968 de mater les étudiants grévistes, sont ceux-là même qui demandent aujourd’hui à Macky SALL de levée l’immunité parlementaire du député mis en cause pour le mettre en prison.

Voir Aussi  Affaire Sonko: Le M2D maintient son appel à des manifestations pacifiques les 8, 9 et 10 mars

En outre, ajoute Ahmed Khalifa NIASS, « le Sénégal a besoin de SONKO pour la pacification de la Casamance». Faisant l’historique de la rébellion casamançaise, le marabout politicien de soutenir que le président de PASTEF peut jouer un rôle déterminant dans ce dossier en tant que fils de la Casamance. Pour lui, cette affaire peut déboucher sur entente entre les protagonistes qui ferait porter le boubou de pacificateur à SONKO.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.