L’affaire fait grand bruit au Brésil, et a même dépassé les frontières. Les médias du pays ont choisi de diffuser les images pour dénoncer le fléau des violences conjugales, particulièrement important. Et même le prestigieux New York Times en a fait un article.

Outre la violence, c’est aussi l’absence de réaction des voisins qui choque. Pendant près de 20 minutes, Tatiane va être maltraitée et malgré ses cris et ses appels à l’aide, personne n’est venu lui porter secours.

Le mari de Tatiane, lui, a rapidement été interpellé après les faits. Il nie être à l’origine de sa mort. Selon sa version, elle aurait délibérément sauté par la fenêtre. Les images montrent toutefois qu’il est parti récupérer le corps de la victime pour le remonter dans l’appartement. Il s’est ensuite changé, a nettoyé le sol pour effacer les traces de lutte, avant de prendre la fuite à l’arrivée de la police.

La famille de Tatiane, via sa soeur Luana, a désormais fait de la lutte contre les violences conjugales sa principale raison d’être. Un compte Instagram a été lancé pour sensibiliser les femmes battues à dénoncer leur conjoint violent. « La violence laisse des traces. Ne pas les voir entraîne des féminicides ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.