Une enquête à deux niveaux est ouverte dans l’affaire d’Astou Sokhna, du nom de cette femme décédée à l’hôpital Amadou Sahir Mbaye de Louga le 7 avril après avoir demandé en vain une césarienne. Le personnel de l’établissement aurait refusé sa requête, arguant que son opération n’était pas prévue, et menacé de la chasser si elle insistait.

Une enquête pénale est en cours après le dépôt de la plainte du marie d’Astou Sokhna. La police a démarré les auditions, seule la famille de la défunte est passée devant les enquêteurs. Jusqu’à ce matin du 13 avril, le personnel de santé de l’hôpital Amadou Sahir Mbaye de Louga n’est pas encore convoqué. Mais leur audition est attendue dans les prochaines heures.
Pendant ce temps, les trois missions du ministère de la santé ont terminé leur audition avec les autorités de l’hôpital Amadou Sahir Mbaye de Louga. L’objectif était de colleter le maximum d’informations pour rédiger un rapport complet qui va rendre compte de la situation.

Voir Aussi  Dernière minute: Du nouveau sur le jeune homme tué à Ouakam

Après audition, les missions ont rédigé un rapport administratif, technique et médical ou audit médical. Tous ces rapports seront déposés sur la table du ministre de la santé.

A l’hôpital Amadou Sahir Mbaye de Louga, le personnel impliqué dans l’affaire Astou Sokhna continue de faire son travail en attendant les premières mesures.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.