Les coups de feu entendus le dimanche 5 septembre 2021, à Conakry, au petit matin, n’étaient pas des tirs en l’air, mais de véritables échanges entre les éléments du Groupement des forces spéciales de Guinée dirigés par le Colonel Mamady Doumbouya et la garde présidentielle qui a tenté d’assurer la protection du chef de l’Etat d’alors, Alpha Condé.

Il y eut en effet un bain de sang au palais de Kaloum, où résidait Alpha Condé, au moment de l’attaque menée par les forces spéciales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.