Dissolution du Gouvernement : 6 ministres vont partir, Mimi Touré humiliée
Dissolution du Gouvernement : 6 ministres vont partir, Mimi Touré humiliée

Le chef de l’État, Macky Sall, a dissout, hier, en conseil des ministres, le gouvernement. La nouvelle équipe gouvernementale devrait être annoncée dans les prochaines heures. Selon les informations de Libération, six (6) ministres, au moins, vont quitter le gouvernement, d’autres vont changer de portefeuille. Le retour du poste de Premier ministre tant annoncé n’est pas à l’ordre du jour, indiquent des sources du journal.

LA DISSOLUTION DU GOUVERNEMENT À LA LOUPE DES QUOTIDIENS

La dissolution du gouvernement et le limogeage de la présidente du Conseil économique social et environnemental, Aminata Touré constituent les sujets dominants analysés et commentés par les journaux parvenus jeudi à l’Agence de presse sénégalaise.

‘’Macky Brandit son sabre’’ (L’AS), ‘’Le grand chamboulement’’ (Le Quotidien), ‘’Macky Sall rabat les cartes’’ (Vox Populi) : la presse quotidienne n’en a quasiment que pour cette actualité dans sa livraison de jeudi.

Le président Macky Sall a notamment mis fin mercredi aux fonctions des ministres et secrétaires d’Etat membres du gouvernement et de la présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Il a signé quatre décrets portant limogeage des membres du gouvernement, de Mme Touré, du ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République, Mahammad Boun Abdallah Dionne, et du secrétaire général du gouvernement, Maxime Jean Simon Ndiaye.

Des changements qui semblent avoir pris de court tous les observateurs y compris la presse au regard des titres et autres commentaires en exergue.

‘’Macky Sall secoue la République’’ un an et demi après sa réélection, s’exclame par exemple Le Témoin. Le journal rappelle qu’en quatre décrets, le chef de l’Etat a dissout le gouvernement et limogé la présidente du CESE, le ministre d’Etat secrétaire général de la Présidence de la République et le secrétaire du gouvernement.

A la lumière de ces évènements, la publication s’attend à un vaste chamboulement dans tous les secteurs de l’Etat non sans tabler sur une équipe gouvernementale de technocrates compétents.

‘’Macky Sall sabre tout’’, affiche de son côté Libération qui explique au passage à ses lecteurs les raisons pour lesquelles des changements en profondeur dans le gouvernement mais aussi dans les institutions s’imposent.

Le journal dresse déjà les contours du nouveau gouvernement et exclut de fait le retour du poste de premier ministre supprimé au lendemain de la réélection du président Sall pour un second mandat à la tête du pays en 2019.

’Le gouvernement de Macky Sall n’a duré qu’un an, six mois et 21 jours. Le président de la République qui peine toujours à imprimer un rythme soutenu à ses gouvernements nonobstant les slogans a fini par dissoudre son gouvernement’’, analyse Sud Quotidien.

Le timing des annonces et les perspectives d’un nouvel attelage gouvernemental font par ailleurs rappeler au journal que le chef de l’Etat était encore le ‘’seul maître à bord’’.

‘’La dissolution du gouvernement s’inscrit dans une dynamique d’impulser une nouvelle démarche des politiques publiques. Depuis sa prestation de serment, le chef de l’Etat a eu le temps d’observer et d’évaluer l’action des membres du gouvernement dans la conduite des affaires’’, analyse pour sa part Le Soleil.

Enquête décèle dans ces changements annoncés une volonté du président Sall de reprendre la main dans un contexte marqué par la récession économique consécutive à la crise sanitaire et la recrudescence du phénomène de l’émigration et ses drames.

Autant de facteurs qui poussent Macky Sall à prendre un nouveau chemin, laisse entendre le quotidien.

Pendant ce temps, L’Observateur s’intéresse aux coulisses du remaniement ministériel et propose à ses lecteurs un compte rendu d’une triste matinée de séparation au Palais de la République.

Les journaux tentent également de proposer une lecture du limogeage de l’ancien Premier ministre, Aminata Touré, de son poste de présidente du Conseil économique, social et environnemental.

Source A y voit une humiliation sans précédent infligée à Mme Touré en raison selon le journal de soupçons sur ses velléités de préparation pour une candidature à l’élection présidentielle de 2024.

+Lii Quotidien+ évoque un ‘’désamour’’ entre le chef de l’Etat et son ancien Premier ministre.

Il souligne qu’après un relative traversée du désert consécutive à son limogeage du poste de Premier ministre, Aminata Touré avait fini par être réhabilitée, ‘’mais au fil du temps, ses relations avec Macky Sall s’étaient dégradées’’, estime le journal en ajoutant qu’il s’agissait de signes d’un ’’amour quasi éteint’’.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.