Une affaire d’emplois fictifs éclabousse, selon L’As, le Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac). Ce, après celle des 29 milliards portant sur de prétendues surfacturations impliquant l’entreprise israélienne Green 2000.

Le nouveau ministre de la Jeunesse, Néné Fatoumata Tall, a révélé, lors de son passage à l’Assemblée nationale, que des audits sont en train d’être menés en interne pour corriger les irrégularités liées à des contrats fictifs et au non respect des obligations contractuelles.

Pour rappel, l’Inspection générale des Finances (Igf) avait épinglé l’ancien ministre de la Jeunesse Mame Mbaye Niang, et les deux premiers coordonnateurs du Prodac (Jean Pierre Senghor et Mamina Daffé). Un dossier qui tarde, malgré le tollé qu’il avait suscité, à être élucidé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.