Dénonçant des conditions de détention difficiles et des actes de torture et de maltraitance, les détenus du Camp pénal ont entamé une grève de la faim ce lundi. Ils ont même adressé une lettre à l’Association pour le soutien et la réinsertion sociale des détenus (Asred) où ils demandent l’intervention du chef de l’État, du ministère de la Justice et des associations de défense des Droits de l’homme ainsi que L’Observatoire des lieux de privation des libertés.

“Je confirme que les détenus incarcérés au Camp pénal ont entamé une grève de la faim le lundi 26 février 2018. Les mouvements d’humeur, dans cet établissement pénitentiaire,ont commencé depuis le vendredi. Les détenus, dans une correspondance adressée à l’Asred, indiquent avoir subi des actes de torture infligés par des gardes pénitentiaires. Ils protestent contre la maltraitance infligée par certains agents de la prison et ont adressé une correspondance. Ils sollicitent l’intervention urgente et sans délai de l’Observatoire national des lieux de privation des libertés, d’Amnesty, de la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) et toute les organisations de défense des droits humains au Sénégal”, a indique Ibrahima Sall Président de l’Asred sur les ondes de la Rfm.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.