1. est connu: les affaires de succession sont bien souvent source de conflit, particulièrement dans une famille polygame.

Dans ce qu’il est convenu d’appeler « le cas de la famille de feu Cheikh Béthio Thioune », comme il fallait s’y attendre, sa disparition n’est pas sans conséquences. Les dissensions ont débuté. La mort du Cheikh a, du coup, crée la discorde au foyer et en affecte dangereusement la quiétude. Une haine larvée s’est installée. À preuve, la sortie médiatique de la fille aînée de feu Cheikh Béthio, en l’occurrence Sokha Fatim Thioune. Elle a, en effet, proclamé à qui veut l’entendre, que l’une des jeunes épouses de son défunt pater (Sokhna Aïda Diallo) ne peut pas succéder au guide des Thiantacônes.

Si certains trouvent que Sokhna Aïda Diallo doit naturellement hériter du « Khalifa » ,comme l’a de tous temps carillonné l’illustre guide spirituel des Thiantacônes par des vidéos encore disponibles « on line », d’autres (à l’image de Sokhna Fatim Thioune) balaient d’un revers de main.

Voir Aussi  Tanzanie: Mouhammad Al-Moujtaba DIALLO: remporte la première place du concours de récitation du Coran

Sokhna Aïda n’aura donc pas, du tout alors le soutien de la fratrie Thioune. Les autres épouses entre autres fils du disparu ont fini de renouveler leur pacte d’allégeance au fils aîné Serigne Saliou communément appelé « Zale Gueule Tapée ». À l’exception de Sokhna Déthié Pène surnommée Adja Saliou et, contre toute attente Sokhna Bator Thioune. Et, ce n’est pas fortuit que ces deux dernières souscrivent aux idéaux de Sokhna Aïda Diallo.

De nos recoupements, nous tenons que le « cheikh, souffrant, n’avait plus la main mise sur nombre Thiantacônes depuis belle lurette » et que cela fait plusieurs mois que la contestée Sokhna Aïda Diallo a créé son propre mouvement dans le Thiant qui s’appelle « Darou Salam ». Une manière de dire que Sokhna Aïda, décrite « mystique » par ses détracteurs, a ravi la vedette. « Faux » ! rétorque un jeune inconditionnel de cette dernière. Qui jure, la main sur le coeur, que les talibés vont suivre Sokhna Aïda. « Les prochains édifieront tout le monde » glisse t’il, le ton ferme.

Voir Aussi  Meurtre de Bineta Camara: Un responsable de l'Apr arrêté

Une autre source de battre en brèche avant de laisser entendre que dans chaque ville de ce monde futile et périssable, il existe un « Daara Thianta ». Dans un souci permanent de garder une autonomie financière, chaque Daara envoie mensuellement de l’argent auprès du guide spirituel. « Il y’a aussi d’autres cotisations dénommés « Dieufou Thiofel », « Dieufou Amir » , Ordonnances, Autos , Gamous, Magal, 17 avril etc …
ait la collecte pour son guide spirituel Serigne Saliou. Qui versait ça automatiquement aux daaras, c’est à dire que les dons revenaient aux tout- petits qui apprenaient le coran ou pour khelcom, mais finalement Sokhna Aïda par on ne sait quel subterfuge a eu la main mise sur tout. Ce n’est pas un secret, le Cheikh ne cessait au vu et au su de tout le monde de tresser des lauriers à Sokhna Aïda Diallo. C’est ainsi que cette dernière a jusqu’ici détenu le monopole de Darou Salam , Sokhna Bator s’est alors retrouvée avec Keur Serigne Touba et Adja garde jusqu’au moment où on parle la responsabilité de khelcom. Il a été même noté de la concurrence entre les talibés. Chacun rivalisait d’ardeur à travers les Adiyas et autres. Vous aurez donc compris que le ralliement des deux autres Sokhnas à la cause de Sokhna Aïda n’est pas au petit bonheur, c’est à dire par hasard » conclut la source.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.