Invitée à s’expliquer sur la mort de son fils, la mère du défunt taximan Ibrahima Samb n’a pas pu retenir ses larmes. En pleurs, elle a expliqué les circonstances dans lesquelles elle a appris la tragique nouvelle. « Ce jour-là, assise sous la véranda, j’égrenais mon chapelet quand j’ai appris qu’un taximan a été tué à Dakar. Je me suis mise à pleurer sans savoir que la victime était mon fils. C’est plus tard qu’on m’en a informé », raconte-t-elle en sanglots.

S’adressant à l’accusé, elle lui dit : « Tu as tué mon unique fils, mon espoir. Saches que tu as tué deux personnes. Je suis un cadavre ambulant depuis le décès de mon fils. Nous sommes constamment en deuil depuis cette triste nouvelle », dit-elle. Reprenant la parole à la fin des propos de la mère du défunt, l’accusé Ousseynou Diop présente ses excuses à la famille éplorée.

Emu et visiblement affecté par les propos de la dame, il lui dit : « Je me considère comme ton propre fils. Je n’avais pas l’intention de le tuer. Même si tu me rejettes, je me considère comme membre entière de ta famille. Et je ferai tout pour que tu me pardonnes ». Ce sont ces paroles de l’accusé qui mettent fin à l’interrogatoire d’audience, avant que la parole ne soit donnée aux avocats de la partie civile.

Place aux plaidoiries.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.