L’actualité sénégalaise est secouée par l’affaire relatif au viol éclaboussant le comité d’organisation du concours Miss Sénégal. Le Comité ad hoc des femmes leaders pour la paix, la démocratie, le respect des institutions et de l’Etat de droit s’est prononcé sur cette question

En marge d’une rencontre, tenue hier, Amsatou Sow Sidibé a abordé cette question. « Je souffre parce que nos filles sont utilisées comme des objets sans valeur. Le sort de nos filles me fait souffrir. On parle souvent de violence, de viol, de manque de considération… C’est contraire à la valeur, à la dignité de la personne humaine », déplore-t-elle, selon Walfadjiri.

Seulement pour elle, « cela doit cesser. Je demande à l’Etat de faire preuve de volonté politique pour que ça cesse. On ne peut pas construire une société de qualité si les filles sont considérées comme des objets à maltraiter. Nous demandons qu’on mette un holà sur ça quelle que puisse être l’origine des violences dont souffrent nos filles », défend la juriste.

Pour la petite histoire, la mère de la gagnante du trophée du concours Miss Sénégal 2020 Fatima Dione a fait une sortie pour expliquer que sa fille a été violée et engrossée. La famille de Fatima Dione pointe du doigt le comité d’organisation dudit concours dirigé par Amina Badiane.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.