Abdoulaye Dia et Lamine Sagna sont dans de beaux draps. Non seulement ils ont été radiés de l’Armée nationale mais depuis bientôt 3 ans ils sont dans les liens de la détention. Ils ont été arrêtés pour « association de malfaiteurs, vol en réunion avec usage d’arme » au préjudice de Wafacash.

Le journal L’Observateur renseigne dans sa livraison de ce jeudi que les faits remontent au 27 mars 2019. Date à laquelle la femme du militaire Abdoulaye Dia a mis au monde un bébé. Mais pour le jeune militaire, l’heure n’était pas à l’effusion de joie. L’arrivée de ce nouveau bébé correspondait à un moment multueux de sa vie. Il lui fallait, dans les plus brefs délais, honorer le prêt bancaire de sa mère qui risquait la prison. A cela s’ajoutent les frais du baptême qu’il devrait débourser à lui seul.

Tenaillé par ses besoins pressants, il s’est rendu le jour des faits dans la boutique de transfert d’argent de Mbissane sise à Ouest Foire. Il a demandé à cette dernière si elle faisait du change en euros. La dame lui a ré pondu par la négative. Mais voyant que la gérante était seule dans la grande boutique, des idées noires ont commencé à le visiter. Vers 15 heures, il est revenu sur ses pas, accompagné de son collègue Lamine Sagna. Ce dernier est entré en premier pour demander à la dame si elle fait du transfert d’«Orange Money». Cette dernière a répondu par l’affirmative. Alors, il a pris place sur le sofa le temps que les autres clients évacuent les lieux. Pendant ce temps, Abdoulaye Dia qui feignait de répondre au téléphone l’a rejoint.

Voir Aussi  Voici 5 choses à savoir sur le meurtre de Kiné Gaye

Dès que la boutique est redevenue déserte, il s’est levé et a marché vers la direction. Mais la gérante, très perplexe, a suspecté leurs attitudes étranges et s’est attelée à fermer à clef la porte du box. Voyant cela, le nommé Dia l’a automatiquement braquée avec une arme pour la sommer de vider le comptoir. La dame criait à tue-tête. Pour éviter que ses cris alertent les passants, Lamine a pris un ruban rouge pour la bâillonner. Pendant ce temps, Dia ramas sait tout l’argent qui était dans le tiroir. Mais au moment de fuir, il a trouvé sur son chemin le vigile qui a tenté de le maîtriser, en vain. La mine Sagna qui détenait aussi l’arme de son ami parviendra à prendre la tangente en prenant le sens opposé. Le vigile, lancé à sa course poursuite, réussit à l’arrêter. Dia, retranché dans un atelier de réparation de télé sera débusqué par les riverains.

Voir Aussi  Aide Tabaski : « Je n’ai jamais dit ça », Marième Faye Sall dément

Arrêté et entendu, Abdoulaye Dia s’est montré loyal, en endossant la responsabilité. Néanmoins, ils ont été radiés puis placés sous mandat de dépôt. Comparaissant hier-mercredi devant la Chambre criminelle de Dakar, l’accusé A. Dia a reconnu sans ambages les faits, avant de décharger encore une fois son ami.

A l’en croire, ce dernier n’était pas au courant, il lui avait juste demandé de l’accompagner chez sa tante. Des allégations que le concerné a confirmées. «J’étais plongé dans mon smart phone et j’avais mis des écouteurs. Tout à coup, j’ai entendu du bruit. Quand j’ai levé la tête. J’ai vu l’arme. En bon réflexe militaire, je l’ai prise pour vérifier s’il est chargé ou pas. C’est là que le vigile a fait irruption», explique l’accusé.

Le procureur de la République a requis 15 ans de réclusion criminelle. La défense a sollicité l’acquittement pour l’association de malfaiteur et la disqualification de vol en réunion en tentative de vol pour Abdoulaye Dia. Délibéré le 20 avril prochain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.