Accusé de viols et de menaces de morts par une jeune femme de 20 ans nommée Adji Sarr, Ousmane Sonko pourrait voir son immunité parlementaire levée pour être entendu dans cette affaire. Mais le leader de Pastef pourrait ne pas seulement répondre des accusations de viols et de menaces de mort.

En effet, d’après les journal Le Quotidien, l’Etat songerait à poursuivre Sonko pour le délit d’appel à l’insurrection. Ce, après les énormes dégâts occasionnés par les manifestations de ses militants un peu partout au Sénégal. Les autorités gouvernementales ne voudraient pas que ces « débordements » restent impunis.

Voir Aussi  Assemblée nationale : dépôt d’une résolution portant suspension des poursuites contre Sonko

Et concernant l’appel à l’insurrection en tant que tel, l’Etat le base sur les propos de Sonko lors de sa conférence de presse retransmise en directe sur la Sen Tv, quelques heures avant les manifestations de ce lundi. « Ce combat s’annonce mortel. Aux jeunes, femmes, hommes, vieux, je tiens à leur dire que ces gens (le pouvoir) sont capables de tout. Ce sera le dernier ou l’avant-dernier combat. Nous sommes prêts à tout. Ces tentatives de liquidation d’adversaires ne datent pas d’aujourd’hui. Mais Macky Sall, je vous assure que cette fois-ci, ça ne passera pas », a-t-il dit.

Voir Aussi  Dernière minute : Les cours suspendus pour une semaine (Ministères)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.