L’affaire Sweet Beauty a connu un tournant avant-hier, jeudi, avec la confrontation entre deux personnes clés du dossier.

Pendant près de douze heures, devant le Doyen des juges, Adji Sarr, qui accuse Ousmane Sonko de viol et menaces de mort, a fait face à Ndèye Khady Ndiaye, qui était sa patronne à Sweet Beauty, l’institut où se seraient déroulés les faits.

Les deux dames étaient flanquées de leurs avocats. Les échanges étaient houleux. Le journal Libération a relevé «au moins quatre incidents», précisant que les propos ont souvent volé bas.

L’incident le plus violent, selon le quotidien d’information, a opposé Me El Hadji Diouf et Ndèye Khady Ndiaye. Cette dernière contestait la déclaration d’Adji Sarr selon laquelle à Sweet Beauty on ne pratiquait pas des massages thérapeutiques, comme l’affirme la propriétaire, mais des massages sexuels.

Voir Aussi  Meurtre de Kiné Gaye : La thèse de l’agression écartée, un collègue de la victime arrêtée

Devant l’air scandalisé de Ndèye Khady Ndiaye, qui tentait de discréditer sa cliente, Me El Hadji Diouf s’est arraché les cheveux en la traitant, notamment, de prostituée.
Réponse du berger à la bergère : Ndèye Khady Ndiaye qualifie l’avocat de «violeur international». Ajoutant qu’elle détient contre lui des vidéos compromettantes qu’elle rendrait publiques en cas de procès.

Adji Sarr et le député de l’APR

Me El Hadji Diouf et la patronne de Sweet Beauty vont une nouvelle fois s’écharper. Le premier martelant qu’à Sweet Beauty, les messages sexuels étaient au menu.

Faux, rétorque la seconde, qui maintient qu’elle ne pratiquait que des massages thérapeutiques. Et pour prouver qu’elle a des compétences en la matière, elle propose à l’avocat d’Adji Sarr de lui faire un message pour «diminuer son ventre».

Voir Aussi  Recrudescence des agressions : Dj Boub's plaide pour un retour de la peine de mort

L’autre incident a opposé Adji Sarr et Ndèye Khady Ndiaye. L’accusatrice d’Ousmane Sonko a martelé avoir été violée à Sweet Beauty. Son ex-patronne l’a démentie, soulignant qu’Adji Sarr serait de mœurs légères.

À preuve, raconte-t-elle, elle l’a une fois surprise dans une de ses cabines en pleins ébats avec un «député de l’APR». Une déclaration qui a déclenché des échanges de propos aigres-doux entre les deux dames.

En somme, les deux parties ont campé sur leurs positions. Adji Sarr maintenant qu’Ousmane Sonko l’a violée à plusieurs reprises et menacée de mort.

Ndèye Khady Ndiaye, pour sa part, lavant le leader de Pastef. L’époux de cette dernière rejoindra les deux parties dans le bureau du Doyen des juges pour une confrontation à trois.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.